Grand B S : Doit-on apprendre le Russe et le Chinois ?

Grand B S : Doit-on apprendre le Russe et le Chinois ?

La marche du monde se fait, entre autres, avec des impondérables. Lesquels se fondent sur les évolutions socio-économiques et militaires d’éléments, à la fois, très puissants et extérieurs. C’est ainsi que pendant trois siècles nous avons été dominés par deux éléments que sont l’Angleterre et la France. Elles se sont partagées l’Afrique. Et ont imposé leurs langues. Ce duo se fait de Tripoli au Cap, en Afrique du Sud. Pendant trois cents ans l’élément islamique a été rejeté par le colonisateur français. Lequel avait, pourtant, commencé par essayer de l’intégrer en créant L’Islam Bleu Blanc Rouge. Cet Islam a échoué car elle signifie un Islam inféodé à la France. Et dont la langue de communication n’est que le Français. Pour cacher les éléments non désirés dans cet Islam-là. En mettant une barrière linguistique. Ce système était très bon parce qu’il a duré trois siècles. Mais, aujourd’hui, ce système a atteint ses limites. Il ne peut plus avancer. Du Sénégal au Tchad, de la Mauritanie à l’Algérie tous les éléments contribuent à écarter l’élite musulmane. De l’exercice de la politique, de l’exercice du pouvoir dans leurs pays….. On leur inter[1]dit d’avoir une vision. Mais lorsqu’un système atteint ses limites et qu’il n’est pas réformé, de manière radicale, il s’effondre. C’est ce qui est arrivé au système français. La dernière réforme était celle de De Gaulle. Qui avait essayé de mettre en place une colonisation à double vitesse. Où vous avez, à la fois, l’enseigne indépendance et une néo-colonisation très accentuée. Qui, cette fois, passe par des Présidents Gouverneurs de la France. L’attribut de Président n’est qu’un titre car l’ordre vient d’une autre forme du ministère des colonies. De la rue Monsieur. Ministère de la Coopération. Quelques fois c’est une direction du Quai d’Orsay. Mais aujourd’hui la colonisation française, c’est fini. Quels perspectives, quel avenir, maintenant ? L’avenir aurait pu être africain si les Etats fantoches du Continent étaient de vrais Etats. Mon ami le défunt Mouammar Kadhafi avait fait ce qu’il fallait pour que l’Afrique ait une armée, une monnaie, un Parlement, un Gouvernement. Nous avons vu que la France avait créé une coalition dans laquelle il y avait l’Angleterre pour balayer par les armes la dernière tentative sérieuse de donner a l’Afrique son indépendance. Et de n’en faire qu’une. Dix ans après il se dessine une chose à laquelle les gens ne font pas attention. C’est l’objet du titre de cet article. La Russie est en train d’enlever à la France toutes ses anciennes colonies d’Afrique. Lorsque la France a détruit la Libye de Khadafi la Russie est venue s’installer dans les ruines. Militairement avec Wagner. C’est comme s’il s’agissait de bornage. Les frontières que se donne la Russie en Afrique. L’autre c’est une apparition de Wagner sous sa forme para militaire en Centre Afrique. C’est à dire au centre de l’Afrique. Une autre borne vient d’être implantée au Mali. Les changements à la tête de cet État n’en sont que les prémices. Nous savons que la Chine est présente dans une zone prometteuse comme la Tanzanie, le Mozambique, le Kenya….. jusqu’en Égypte. Peut-être que le reste est laissé à l’Europe ou à l’Occident. On voit l’Afrique divisée par trois. Par une ligne qui va de la Méditerranée au Cap de Bonne Espérance. Une nouvelle Espérance au Cap du même nom. De ces trois lignes une bande part de l’Égypte. Une de Tripoli à Bangui, avec une largeur jusqu’à la frontière senegalo malienne. Pour la Russie. Le reste est encore laissé à l’Europe et à l’Amérique. L’Europe est saturée et ne peut plus rien absorber. Elle a longtemps vécu sur une rente émanant des colonies. C’est cette nouvelle donne russe qui sonne le glas pour la France. La colonisation, les hommes liges de la France (IBK), c’est du passé présent. C’est pré[1]sent mais évanescent. C’est sur cette évanescence que doivent travailler les politiques africains, surtout les oppositions. Elles doivent choisir entre la France et la Russie pour la zone en question. L’avenir de l’Afrique s’est toujours décidé au Nord dans le continent européen. Hier c’était Paris et Londres. Aujourd’hui c’est Moscou. Cette réflexion permettra, sur[1]tout, aux médias de regarder dans le bon sens. C’est à dire de réorienter leur boussole en tenant compte du Nord. Le Nord c’était l’Europe occidentale avec l’Angleterre et la France. Cela s’est un peu déplacé vers le Nord Est duquel dépendront les choses. Et pour très longtemps.

                                                                                                                                  DR AHMED KHALIFA NIASSE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Instagram
WhatsApp