DÉVELOPPEMENT DU TOURISME LOCAL                                                    Toubacouta donne les allures d’un «havre de paix»

DÉVELOPPEMENT DU TOURISME LOCAL Toubacouta donne les allures d’un «havre de paix»

Selon le directeur du centre de pêche de Keur Saloum, Bacary Diédhiou, la commune de Toubacouta renferme de nombreux potentiels qui favorisent le tourisme local. Il s’exprimait hier à l’occasion d’un entretien avec des journalistes de l’Agence de presse sénégalaise (APS) en marge d’un séminaire organisé par le média public national en question et de la Fondation Konrad Adenauer dans cette localité touristique.

PAR PAPA MOUSSA CAMARA

Au Sénégal, le tourisme est la deuxième source de devises après la pêche. En 2018, il représente 6 % du PIB du Sénégal et génère près de 100 000 emplois. En séminaire à Toubacouta, commune située dans la région de Fatick, le directeur du centre de pêche de Keur Saloum, Bacary Diédhiou a assuré que « Toubacouta profite de ses potentialités. Ici, nous sommes entourés de la forêt et de la mangrove, qui est un élément essentiel » du tourisme local. Il a fait cette déclaration hier dans un entretien avec des journalistes de l’Agence de presse sénégalaise (APS) en marge d’un séminaire organisé dans cette localité touristique par média public national et la Fondation Konrad Adenauer. « Nous sommes une commune riche de potentialités. Nous avons des oiseaux rares dans la mangrove, ce qui fait le charme de cette localité », a fait remarquer le directeur du centre de pêche de Keur Saloum. Cependant, les restrictions liées à la pandémie au coronavirus ont impacté négativement sur le déroule[1]ment des activités touristique de la localité. D’après Bacary Diédhiou, la pandémie de Covid-19 a ralenti l’activité touristique à Toubacouta. « Les touristes se font encore rares. Nous vivons difficilement avec la maladie à coronavirus. » Il a n’a pas manqué par ailleurs de magnifier l’aide fournie par l’Etat du Sénégal pour amortir les chocs économiques découlant du tour de vis censé lutter contre le nouveau coronavirus. Ainsi, M. Diédhiou a salué les efforts consentis par l’Etat pour atténuer l’impact du Covid-19 sur le tourisme local. Les acteurs touristiques, dont les gérants d’hôtels et de restaurants, ont été exonérés du paiement de certaines taxes, ce qui a réduit les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus, a-t-il précisé. Le delta du Sine-Saloum, dont fait partie la commune de Toubacouta, concentre quelque 300 îles, a indiqué Bacary Diédhiou, rappelant que certaines d’entre elles sont habitées. Guide touristique de son état, Ousmane Mbacké Sarr a indiqué de son côté qu’une partie du delta, soit 73.000 hectares, est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Il est à signaler que le Sénégal dispose d’importants atouts sur le marché régional et international, mais son industrie touristique rencontre des problèmes. Aussi, le pays est menacé par la concurrence. Il doit par exemple faire face à la concurrence de nouvelles destinations, telles que la Mauritanie et les îles du Cap-Vert. D’autant que ces dernières se montrent de plus en plus attrayantes en matière de tourisme.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Instagram
WhatsApp