COUNA NDAW REINE DE LA SAISON 2020 – 2022                                                         C’est le fruit d’un travail collectif

COUNA NDAW REINE DE LA SAISON 2020 – 2022 C’est le fruit d’un travail collectif

«J’ai pas d’idole, je suis mon propre idole». «De spectatrice à mes temps libres, le basketball est devenu une vraie passion pour moi…» Couronnée comme reine de la saison de basketball pour la deuxième fois de suite, Couna Ndaw a réussi le grand Chelem avec son club AS Ville de Dakar. De son Saint Louis natale au l’ASC Ville de Dakar, la meneuse du club de la municipalité fait des merveilles sur les parquets. Du haut de son 1,76 Couna est dotée d’une technique au-dessus de la moyenne et donne du fil à retordre à ses adversaires. A cœur ouvert, elle a accordé une interview avec votre journal préféré Le Mandat.

ENTRETIEN

Quels sont vos sentiments après cette 2ème couronne ? ▪ (Rire) je suis trop contente d’être choisie comme reine de la saison. C’est le souhait de toute joueuse de recevoir une distinction et moi c’est la deuxième fois que je gagne ce titre, c’est une immense joie pour moi. Je rends grâce à Dieu te je remercie mes coéquipières, c’est grâce à eux que j’ai pu réussir cette performance. Elles ont été d’un grand apport pour que j’en arrive là. Elles avaient fait un travail collectif tout au long de la saison, c’est qui nous a permis de faire le grand Chelem cette saison : coupe du Sénégal, championnat et coupe du Maire. Merci également à mon coach Oussou Ousmane Diallo coach ASVD filles) qui m’a mise sur les rails, a coach Tapha et le président du club.

Quel est ton secret pour être constamment performante?

 ▪ Seul le travail paie, je m’entraîne tous les jours sans relâche. Le matin je fais les entraînements individuels et le soir avec le club. C’est ce qui me permet d’être endurante les jours de matchs. Dieu sait que les entraînements avec le club sont intenses, mais sa porte ses fruits les jours de rencontre.

Dites-nous comment vous avez fait pour devenir Basketteuse.

 ▪ Quand j’étais toute petite, je suivais des matches de basket dans un terrain près de chez moi. Une seule rue me séparer du dit terrain de basket, c’est là que j’ai pris goût à ce qui se faisait. Par la suite avec ma copine on a commencé à s’initier au bas[1]ket en jouant les play-growns à nos temps libres. A chaque fois quand on descendait de l’école cora[1]nique, on se rendait au terrain pour jouer au basket. Et c’est devenu une passion, mes parents m’ont aussi facilités les choses pour que je devienne Basketteuse. C’est à Saint Louis que j’ai débuté ma formation, j’y ai fait toutes les catégories jusqu’en sénior par le biais de Sa Séne, qui est mon maître dans la discipline. Je ne cesserais de le remercier du fond du cœur, si j’en suis là c’est grâce à lui qui a cru en moi. Tout ce que je connais au basket c’est à Saint Louis que je l’ai apprise.

 Quel est votre plan de carrière ?

 ▪ Marcher sûrement et lentement, ne pas brûler les étapes ni être obsédée par un départ vaille que vaille à l’étranger. Je vais attendre un bon contrat qui va m’assurer un bel avenir dans le bas[1]ket pour partir. Et je prie le bon Dieu pour que je puisse avoir un bon contrat et qu’il soit meilleur pour moi afin d’aller monnayer mon talent ailleurs.

Avez eu des propositions de contrats des clubs étrangers ?

 ▪ Oui pour être honnête, mais tous ces contrats ne m’arranger pas, c’est pour cela que je n’ai accepté aucun d’eux. Moi je ne quitterais jamais le Sénégal tant que j’ai pas un bail en bonne et due forme et qui va m’assurer une belle carrière.

Comment vous avez vécu votre participation à l’Afrobasket à Kigali (Rwanda), c’est qui est une première expérience pour vous?

 ▪ Honnêtement j’ai beaucoup apprise là-bas à côté de mes aînées. C’est une première expérience pour moi et j’en suis sûre que ça va me servir pour la suite de ma carrière. Comme j’ai l’habitude de le dire l’équipe nationale pour être convoqué il faut beaucoup travailler sans relâche et moi c’est ce que je fais tous les jours pour être au meilleure de la forme. Pour qu’à chaque fois que le sélectionneur de l’équipe nationale fera appel à moi dans ce cas je serais prête.

Comment jugez-vous le niveau du championnat national 1 sénégalais ?

 ▪ Je trouve que le championnat à un bon niveau avec des joueurs et joueuses qui s’illustrent à merveille sur les parquets chaque week-end au cours de la saison.

 Quels est le club qui vous a le plus marqué depuis que vous avez commencé à jouer au basket ?

 ▪ Dieu a fait que moi j’ai fréquenté que deux clubs : Saint Louis basket club qui est mon club formateur et l’ASC Ville de Dakar. Mais c’est l’ASCDV qui m’a le plus marqué, par ce que c’est là-bas que j’ai reçu toutes mes distinctions et remporté plusieurs trophées. Je remercie les dirigeants du club et particulièrement à Madior (dirigeant de l’ASCVD) qui m’a été d’un grand apport, il m’a bien accueilli et facilité mon intégration aussi. Il m’a aidé sur tous les plans, c’est un bon ami pour moi.

Qui est ton idole en basket ?

 ▪ Sérieusement j’ai pas d’idole, je crois en moi-même et en mes capacités. Par contre j’admire plusieurs joueuses qui sont très talentueuses et que j’aime voir jouer. Je ne le dis pas par arrogance, non, loin de là, je le dis en toute humilité.

Quel championnat vous fait rêver et votre club de cœur ?

▪ Je n’ai pas de championnat de préférence en encore moins de club. L’essentiel pour moi c’est d’avoir un bon club qui évolue en première division avec un bon niveau.

 Merci Couna pour la disponibilité et bon courage pour la suite de votre carrière.

▪ C’est moi un vous remercie de m’accorder cette interview.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Instagram
WhatsApp