BAISSE DES CONTAMINATION DE COVID-19 EN AFRIQUE                                    Dr Aloyse Waly Diouf invite toujours les populations au maintien de la vigilance

BAISSE DES CONTAMINATION DE COVID-19 EN AFRIQUE Dr Aloyse Waly Diouf invite toujours les populations au maintien de la vigilance

Dr Aloyse Waly Diouf, du Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé à Dakar, a insisté hier sur le maintien de la vigilance en respectant les mesures barrières et la vaccination contre le Covid-19 même si la courbe des contaminations a connu une tendance baissière ces derniers temps dans le continent africain.

PAR FATIMA DIALLO

Depuis quelques semaines, on assiste à une baisse considérable du nombre de contamination au nouveau coronavirus en Afrique, notamment au Sénégal. Sur ce, Dr Aloyse Waly Diouf, du Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé à Dakar, a insisté sur le maintien de la vigilance tout en respectant les mesures barrières et la vaccination contre le Covid-19 même si la courbe des contaminations est en baisse dernièrement. « Tant qu’il y aura un seul cas dans le monde, personne n’est à l’abri d’une nouvelle vague», a- t-il prévenu. Avant d’ajouter : «Nous devons continuer à convaincre les populations autour de la nécessité de se faire vacciner parce qu’il a été démontré que toutes les personnes vaccinées même en contact du virus n’ont pas présenté de complications graves », a renseigné M. Diouf lors de son inventaire. Ainsi, l’évolution de la maladie dans le monde a montré « un léger relèvement du nombre de cas confirmés à partir du mois d’octobre en Amérique, la même situation est observée au niveau de l’Europe alors qu’en Asie du Sud Est et en Afrique, on est sur une courbe descendante», a-t-il d’emblée souligné. Dr Aloyse Waly Diouf animait avec la Directrice générale de la Santé et le Directeur technique de l’Alliance nationale des communautés pour la santé (ANCS) un webinaire sur « l’ampleur de la Covid-19 en Afrique : cas du Sénégal », organisé par le Réseau des médias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement (Remapsen). Selon lui, «c’est déjà un enjeu pour discuter et convaincre les communautés autour du bien-fondé de la vaccination», regrette le membre per[1]manent de l’OMS pour l’Afrique. Il estime qu’ « il faut nécessaire[1]ment passer à un taux de vaccination dans chaque pays égale au moins à 40% d’ici la fin 2021». M. Diouf a également souligné que « les politiques, les communautés, les médias doivent unir leurs efforts pour per[1]mettre à nos pays d’atteindre cet objectif. Les délais sont courts mais nous pouvons y parvenir si nous unissons nos forces» pense-t-il. Toutefois, sur la situation de la vaccination en Afrique, l’OMS, à travers l’initiative Covax, a reçu 260 875 485 doses dans 53 pays. Par la même occasion, la Directrice générale de la Santé, Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye a indiqué que « la vaccination est une opportunité offerte par la science pour vaincre les maladies transmissibles». Elle a aussi ajouté que la vigilance doit être de mise dans le respect des gestes barrières. « La vaccination au plan mondial a toujours été accompagnée par des rumeurs et il y en avait plus pour la peste et la variole», a -t[1]elle aussi souligné. Le Sénégal a reçu 3 674 378 doses et a utilisé 1 852 896 doses soit un taux de 50%. Selon Dr Khemesse Ngom Ndiaye, les stratégies déroulées durant tout le processus de riposte vont continuer avec «des réajustements» au besoin, notamment avec la communication vers les communautés pour convaincre les populations à adhérer en faveur d’une vaccination de masse. «Il est important que nous travaillions à rompre l

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email
Instagram
WhatsApp